Exposition : DU 9 FÉVRIER AU 9 MARS 2018
Benjamin Hochart
If I can’t dance, I don’t want your revolution
Benjamin Hochart (1982, France) vit et travaille à Aubervilliers. Il revendique les influences de la bande-dessinée, de la science-fiction, des pratiques textiles diverses, de l’art brut et des arts populaires comme les témoins d’une pratique artistique fondée sur la non-hiérarchie des genres et des arts. Son travail propose des formes aux lectures multiples qui tentent de perturber l’ordre établi en explorant le potentiel politique des positions marginales issues des contre-cultures ou des cultures populaires.
Son exposition If I can't dance, I don't want your revolution présentée chez Pilote du 09 février au 09 mars 2018 propose un commentaire poétique et politique sur le monde et ses récents mouvements. Benjamin Hochart y montre un ensemble d’œuvres questionnant les systèmes d’autorité, de pouvoir et leurs représentations.

La série Présidents (2017) présente ainsi de possibles bannières contemporaines pour factions opposées dans un monde divisé, que l’on peut interpréter également comme autant de portraits fragmentaires de candidats potentiels, tous ayant évidemment l’ambition de représenter le plus grand nombre.
La série d’affiches sérigraphiées Présidentielles (2018), réalisées en collaboration avec Pilote à l’occasion de l’exposition, compile les différents signes graphiques des quinze bannières de la série Présidents. Mettant à plat les éléments anthropomorphiques des blasons, imprimés sur des papiers à motifs ou colorés, Présidentielles s’amuse de l’événement majeur quinquennal à ne pas manquer et pour lequel il vaut mieux se passionner.
La tapisserie Chef.fe (2014–2018) vient régler les différents et trancher le débat : sa figure centrale assumant le rôle de leader incontesté, réunissant toutes les oppositions et synthétisant toutes les pensées en deux bulles colorées logorrhéiques mais vides.
If I can't dance, I don't want your revolution, le titre de cette exposition qui réunit certaines œuvres d’un cycle de travail de quelques années provient d’une citation de l'anarchiste féministe Emma Goldman. Ces mots, jamais prononcés ainsi par l’activiste mais transformés par la « rumeur publique » à partir de discours qu’elle aurait tenus et écrits, synthétisent pourtant sa pensée sans la trahir. « Ils expriment également la politique du mouvement féministe pour la paix aujourd’hui ­­­– une politique de joie de vivre face à la menace vitale représentée par les nombreux visages anonymes et laids du militarisme. […] C’est pourquoi un aspect important de ce mouvement est son opposition à la bureaucratie, à la gesticulation politique pontificale, à la rigidité et au manque d’imagination du monde des hommes en cravate et en uniforme. C’est l’atonie même de ces créatures et créations institutionnelles qui menace la prolongation de la vie sur la planète ­­­– ainsi, opposer une culture politique de la vie à une culture politique de la mort est une exigence de notre temps.­­­ »
If I can't dance, I don't want your revolution chez Pilote s’inscrit dans une série de trois expositions. Elle fait suite à celle présentée d’octobre à décembre 2017 à la fondation Spatiu Intact à Cluj-Napoca en Roumanie dont le titre If I can't dance in your revolution, I’m not coming, est une des autres formes de la citation attribuée à Emma Goldman.

Elle précède aussi la prochaine exposition de Benjamin Hochart au Quadrilatère, centre d’art de Beauvais, présentée du 07 avril au 10 juin 2018 et intitulée If I can’t dance, I don’t want to be part of your revolution.

1. Ynestra King, Si je ne peux pas danser, je ne veux pas prendre part à votre révolution, in Reclaim, recueil de textes écoféministes choisis et présentés par Emilie Hache, Cambourakis, Paris, 2016
Affiches sérigraphiées numérotées en vente lors du vernissage et pendant toute la durée de l'exposition

Prix de vente:
→ Affiche Présidentielles 50 x 70 cm: 50€
→ Affiche Présidentielles 50 x 70 cm encadrée: 70€
Accéder à la version mobile
Mettre le navigateur à jour